16 de febrer 2013

APICULTURA SOSTENIBLE A FRANÇA

Share
 agriculture.gouv.fr

El passat 2 de febrer de 2013 Ecolluita va organitzar la jornada formativa "noves estratègies sanitàries per a una apicultura sostenible" a càrrec del veterinari Esteve Miràngels. Avui és el govern francés el que pregona la necessitat de dur a terme una nova apicultura, més sostenible i racional amb les abelles i el medi ambient. Alguna cosa, doncs, està canviant? 

Les abelles no només són essencials per a la producció nacional de mel i altres productes apícoles, sinó també per a la pol·linització i per tant per a l'agricultura. Per desenvolupar i mantenir l'apicultura i respondre eficientment al problema del desabellament en diverses parts del món, el ministre d'agricultura francès Stéphane Le Foll va anunciar un pla per al desenvolupament sostenible de l'apicultura. 

En els propòsits del ministeri hi ha la necessitat d'impulsar l'activitat apícola del país, on el consum supera la producció. Cal millorar la productivitat i lluitar contra els principals problemes que té avui l'apicultura:
  • Control exhaustiu del productes químics fomentant el diàleg entre agricultors i apicultors
  • Lluita contra la vespa asiàtica i les malalties cronificades en els arnars del apicultors francesos. Cal una campanya sanitària eficient amb l'execució d'un programa sanitari ambiciós i una profilaxi efectiva.
  • Suport econòmic a la investigació i als estudis de camp. Selecció d'ecotipus d'abella rústiques i vigoroses.
  • Fomentar l'aparició de joves apicultors. Incentius econòmics i ajudes
  • Potenciar la varietat floral dels cultius i valorar adequadament la importància econòmica de la tasca pol·linitzadora de les abelles
Informa: Maria Micó - ArtAlPas


Des climats différents, une géographie et des cultures diverses...La France a les atouts pour être un grand pays apicole. Aujourd’hui, la production nationale correspond à moins de la moitié du miel consommé en France. Pour répondre à la demande, il faudrait un million de ruches et 3000 apiculteurs supplémentaires. 

Or, les taux de mortalités observés sur les colonies d’abeilles dans le monde se sont fortement accrus, dépassant parfois les 30 % par an. Agressions chimiques, parasites, infections, insuffisance de ressources alimentaires, frelon asiatique...Il est dorénavant établi qu’il n’y a pas une cause unique de mortalité.

Le Plan de développement durable de l’apiculture doit répondre à ces enjeux, qui sont à la fois économiques, écologiques, de développement rural et de santé publique. Pour cela, ce sont tous les aspects de la filière apicole qui doivent être pris en compte.

Diminuer la mortalité des abeilles

L’utilisation systématique du parapluie chimique en agriculture n’est bon ni pour les apiculteurs et leurs abeilles, ni pour les agriculteurs et leur revenu. Il faut réduire l’utilisation des pesticides, tout en créant les conditions pour un meilleur dialogue entre agriculteurs et apiculteurs.
Les colonies d’abeilles sont victimes de maladies parasitaires, bactériennes et virales. Pour lutter contre ces maladies, il faut développer tout l’encadrement sanitaire autour de l’abeille.


Soutenir la recherche dans le domaine de l’apiculture

Connaître davantage l’abeille, les colonies, l’environnement, la pollinisation est nécessaire. Un appel à projet de recherche 2013-2015 doit être lancé, et une chaire d’enseignement supérieur en apidologie créée.

Structurer le développement du cheptel français

Augmenter le nombre de colonies d’abeilles en France est indispensable pour la pollinisation des cultures et des vergers et pour assurer la biodiversité végétale. Il faut plus d’élevages de reines et d’essaims en France, pour maintenir ou développer les cheptels sans devoir importer des colonies mal adaptées à nos régions. Des outils de sélection génétique et d’insémination artificielle doivent être mis en place.

Former et installer des jeunes apiculteurs

Pour relancer la production, il faut professionnaliser la filière et installer des jeunes apiculteurs sur tout le territoire français, et donc créer des formations initiales et continues au métier de l’apiculture.

Organiser la filière apicole et la production

Pour produire du miel, il faut des fleurs, et pour maintenir les abeilles en bonne santé, il faut une flore variée. Dans le cadre de la réforme de la PAC, les surfaces d’intérêt écologique qui seront mises en place devraient pouvoir bénéficier aux abeilles de manière importante.